Le jugement dernier

3275894875_b1c953c9d2_o[1]

Il y a du nouveau sur l’affaire des paris sportifs et du match présumé truqué en handball.

Rappelez vous cette histoire de l’année dernière, toute une équipe (ou un morceau de l’équipe) de handball qui s’est faite amenée en garde à vue pour suspicion de paris contre leur équipe et truquage du match en question.
Tout le monde en avait parlé en dénonçant le sport et sa tendance à toujours partir dans ses pires retranchements, drogues, paris, triches…

Bref, la nouveauté après plusieurs mois, c’est qu’un expert va analyser les images du match, pour définir si oui ou non il y a eu truquage du match, si les joueurs ont triché à la perte pour empocher les gains.

Ca m’a fait réagir sur la propension qu’a l’homme à juger des choses, gens et événements qui l’entourent sans base de réflexion, sans détail, sans confirmation, cette tendance à partir du principe que ce qu’on entend ou voit se passe réellement tel qu’on le perçoit ou qu’on nous le raconte, qu’on ne peut pas mal interpréter quoi que ce soit…
Je m’explique.

Comme je l’ai dit plus haut, au moment de la diffusion dans les medias, traditionnels ou sur le net, ça s’est diffusé comme une trainée de poudre, les gens autour de moi, les blogs, les présentateurs de podcasts ont très souvent attaqué le sport, s’offusquant des problèmes « malheureusement inévitables dans les sports », la triche, les paris, la drogue… S’attristant du fait qu’un sport encore perçu comme « propre » avait perdu toute dignité et toute image positive…
Je rappelle tout de même qu’à ce moment là, nous savions seulement que ces joueurs avaient été mis en garde à vue, rien n’avait été prouvé encore, et pourtant la France entière était atterrée…

Aujourd’hui encore, plusieurs mois après les faits, la triche n’a toujours pas été prouvée…
Je veux bien que ça paraisse louche, mais on ne peut pas juste juger la situation sans en être sûr à 100% !

J’ai deux autres exemples flagrants :

L’affaire DSK, avec l’hôtel, tout ça.
Rien n’avait été prouvé. Seuls les dires de la dame en question ont retourné le monde entier.
Rien n’avait été prouvé, rien n’avait même encore été enquêté quand on lisait et entendait partout que DSK avait « récidivé », qu’il était un (pardonnez moi l’expression) « sexe sur pattes », les vannes à ce sujet ont déferlées, et elles sont toujours présentes aujourd’hui, DSK était mort et enterré avant que quoi que ce soit d’un minimum vérifié ait pu commencer…
L’affaire a tellement fait de bruit qu’une série américaine en a fait un épisode

Autre exemple (et dernier de cet article), celui de Facebook (FB), qui aurait l’année dernière laissé diffuser de vieux messages privés.
Un bug aurait en effet laissé apparaître tout ou partie des messages privés échangés avant une certaine date.

Là encore, le monde en a parlé.
Là encore, le monde s’en est pris instantanément à FB et a diffusé le message suivant : « Facebook a encore et toujours des problèmes de confidentialité, un bug permet de lire les anciens messages privés », moi-même sans vérifier quoi que ce soit, j’ai diffusé cette idée.
Même quand FB a annoncé enquêter sur le problème, promettant que rien de privé n’avait réellement été mis en lumière, Le monde a douté de ces dires, prônant qu’il s’agissait d’une tactique pour noyer le poisson.

Finalement il s’agissait simplement de messages postés sur les murs il y a bien longtemps, dont les gens avaient oublié l’existence, qui étaient simplement plus rapidement accessibles qu’auparavant.
Rien de grave, rien de nouveau, rien d’effrayant ni d’alarmant…

Nous avons ensuite entendu ici et là qu’effectivement il n’y avait rien de grave, mais que cet évènement mettait en lumière les problèmes de confidentialité de Facebook, comme pour se justifier de cet embrasement médiatique.

De mon point de vue, ça mettait simplement en lumière le fait que les gens ne savaient pas, à l’époque (histoire de pas trop généraliser), utiliser Facebook.
Mettre des infos confidentielles ou privées sur le mur de quelqu’un d’autre, sans gérer sa diffusion, relève peut être de la confidentialité, mais de la part de l’utilisateur, pas de Facebook.
Je n’ai pas eu ce problème sur mon mur, et c’est sûr que je ne me plaindrai pas que le village entier connaisse mon code d’entrée si je le dis à un ami sur la place publique, quand bien même je l’aurais chuchoté…

Bref…
Tout ça pour dire que nous jugeons trop facilement ce qui nous entoure.
Restons neutres, ne jugeons pas notre prochain, ce qu’il se passe autour de nous n’est, la plupart du temps, pas ce que l’on croit.
Nettoyer son jardin, regarder la poutre dans son œil, tout ça … Bref vous connaissez la chanson.

 

Image

Got2Be Judging

Leave a Reply